Fiche livre

Genre: Roman

Pages: 360

Date de parution: 6 décembre 2006

ISBN (Papier): 9782921347884

Code: BLE90

Valcourt ou La dernière étape

Partagez

Auteur: Marie-Anna A. Roy

Acheter ce livre

Valcourt ou La dernière étape, dont la parution a été saluée par Georges Bugnet, est un « classique » de l’Ouest canadien. Rejetant l’invention au profit du réalisme et d’un style d’une grande sobriété, Marie-Anna Roy dresse un portrait unique des conditions difficiles qui touchent les laborieux pionniers en région éloignée dans la première moitié du XXe siècle.

Valcourt constitue aussi un témoignage émouvant des épreuves d’une institutrice -- féministe avant l’heure -- et des conditions matérielles déplorables dans les écoles de l’époque. Au-delà de l’histoire et de la fresque sociale, Marie-Anna Roy restitue la nature dans sa beauté virginale et reproduit le rythme de la vie dans le Nord. Le lecteur partage l’émotion qui se dégage de cet acte d’écriture devenu aussi aventure lyrique. Sœur aînée de Gabrielle Roy, Marie-Anna (Adèle) Roy a toujours écrit à l’ombre de sa cadette avec qui elle a maintenu une relation tumultueuse scellée par une rupture acrimonieuse. Marie-Anna Roy a rédigé des romans autobiographiques (Le Pain de chez nous, Valcourt ou La dernière étape), des essais historiques et biographiques et elle a laissé quantité de manuscrits inédits.

Acheter ce livre

Marie-Anna A. Roy

Née le 30 janvier 1893 à Saint-Léon dans le sud du Manitoba, Marie-Anna Adèle Roy fait ses études secondaires à l’Académie Saint-Joseph de Saint-Boniface. Après l’École Normale elle entreprendra une très longue carrière d’enseignante entre 1912 et 1959 dans une bonne vingtaine d’établissements scolaires au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta. Elle fait très jeune un mariage désastreux qui ne dure pas. Sa carrière est entrecoupée de quelques autres tentatives; ainsi, elle s’évade de l’enseignement entre 1919 et 1922, s’en va à Montréal et trouve un emploi de secrétaire; mais elle se lasse et met en question «la valeur de ce tapage de clés, de ce monotone clapotis» (À vol d'oiseau à travers le temps et l'espace, p. 28). De 1939 à 1942, puis de 1946 à 1955, elle travaille la terre à Tangent en Alberta. En 1959, elle quitte définitivement l’enseignement et s’embarque pour l’Europe. Elle reste trois ans en France d’où elle voyage en Allemagne et en Italie. De retour au Canada, elle va au Québec faire des recherches sur ses ancêtres. Elle passe ensuite quelques années à Saint-Boniface, puis se retire à Montréal, où elle relit et remanie ses écrits qu’elle envoie à diverses archives au Québec et au Manitoba. Elle revient enfin dans sa province natale où, dans un foyer de Saint-Vital, à presque 106 ans, elle décède en 1998.