Fiche livre

Genre: Récit

Pages: 47

Date de parution: 26 juin 2014

ISBN (Papier): 9782894239216

ISBN (ePub): 9782894238998

ISBN (PDF): 9782894236185

Code: PDP959

NostalgieS

Partagez

Autoportrait VI

Auteur: Herménégilde Chiasson

Acheter ce livre

Un jour, une enfant m’a demandé si c’était vrai qu’en mourant on touche le bleu du ciel, et c’est resté pour moi la plus belle définition de la mort que l’on m’ait jamais proposée. La nostalgie s’inscrit dans ce registre-là, puisqu’elle établit toujours un flirt avec la mort.

NostalgieS est le sixième d’une série de douze ouvrages intitulée Autoportrait, publiés au rythme d’un par mois en 2014. Chaque ouvrage répond à une consigne singulière et son titre débute par une lettre du prénom de l’auteur.

De ce projet inusité, l’auteur dit «[…] l’armature du texte était de prendre mon nom, qui a douze lettres, de le décomposer sur douze mois. Douze, c’est un chiffre mystique aussi […].»

Acheter ce livre

Herménégilde Chiasson

Herménégilde Chiasson est un créateur multidisciplinaire dont la somme des créations est prodigieuse. Écrivain, il signe des dizaines de livres dans à peu près tous les genres ; notamment, on le reconnaît comme un des fondateurs de la poésie acadienne moderne. Artiste visuel, il a participé à plus d’une centaine d’expositions et ses œuvres font partie de nombreuses collections. Cinéaste, il a réalisé une quinzaine de films. Dramaturge, il signe une vingtaine de pièces dramatiques et comiques.

De surcroit collaborateur et mécène auprès de nombreuses institutions, il joue un rôle de premier plan dans le développement du milieu culturel en Acadie. Il a remporté le prix du Gouverneur général pour la poésie, le prix France-Acadie, le prix Champlain, le titre de Chevalier de l’ordre français des Arts et des Lettres, le Prix de l’Ordre des francophones d’Amérique, le Grand Prix de la francophonie canadienne, le prix Antonine-Maillet–Acadie Vie et d’autres encore.

Pour voir des vidéos de l'auteur, cliquez sur les liens suivants :

« Il faut lire n’importe quoi » Roland Barthes

« Solstices »