Fiche livre

Genre: Récit

Pages: 280

Date de parution: 24 février 2011

ISBN (Papier): 9782894232613

ISBN (ePub): 9782894235133

ISBN (PDF): 9782894233818

Code: PDP366

L'enfanCement

Partagez

Auteur: Maurice Henrie

Acheter ce livre

Finaliste du 25e Prix littérare Trillium

Dans un style à la fois concis et touchant, Maurice Henrie se remémore, dans L'enfanCement, des scènes de sa vie de jeune garçon, au fil des déménagements successifs de sa famille. De la première maison en papier brique rouge à Val-d'Or au Québec, en passant par les cinq autres à Rockland dans l'Est ontarien, il aligne côte à côte ses souvenirs les plus marquants : le vue d'un premier cadavre, celui de son voisin victime d'un accident ; le rouge-gorge pendu au haut de l'arbre par un crin de cheval : l'arrestation par l'armée canadienne de Jean Touchette, déserteur ; la liberté conquise grâce à une première bicyclette — un vélo de fille de marque Perry ; une pêche aux barbotes miraculeuses, une nuit sur la rivière des Outaouais avec Mimine ; le travail sur la ferme avec l'oncle Marius et la traque des voleurs de chevaux ; les petits seins lourds et ronds de Valérie. Et tant d'autres encore.

Une volonté : de saisir, à même ce chaos, cet enchevêtrement d'éléments innombrables et disparates, les influences qui l'ont façonné. Et qui, en bout de ligne, ont fait de lui l'homme qu'il est devenu.

[Maurice Henrie,] maître du récit bref, l'un des auteurs franco-ontariens contemporains les plus achevés.

François Paré, Nuit blanche, no 123, été 2011.

Acheter ce livre

Maurice Henrie

Maurice Henrie vit à Ottawa où il a enseigné et œuvré au sein de la fonction publique. Après un essai sur les « grands bureaucrates », il a écrit plusieurs romans, récits et nouvelles récompensés par des prix littéraires, dont le prix Trillium, le prix de la Ville d’Ottawa et le prix des lecteurs Radio-Canada. Ses livres ont fait l’objet de traductions en anglais et en espagnol, et sont étudiés dans diverses universités à l’étranger.

Pour voir des vidéos de l'auteur, cliquez sur les liens suivants :

« Les mots disent toujours quelque chose d’autre que ce qu’on voit ou ce qu’on lit »

Voir la mort dans un contexte plus large

S'adresser à un public qu'on ne connaît pas